Site officiel de l'association du Luzenac Ariège Pyrénées - 2016
Nous contacter

Entretien avec...

Entretien avec...
10 mai 2016

Luzenac 1973 - 1974 

Deb : Ferran ; Tavella ; Dedieu ; Gallant ; Cottave ; Sardou ; Casanovas F

Acc : Ramos ; Plaziat ; Rodrigues ; Lacaze ; Florence ; Tellez ; Marcaillou 

 

Si vous vous promenez aux abords du stade Paul Fédou vous aurez beaucoup de chances de le rencontrer. Pour promener son fidèle ami canin "Sueño", pour assister à une rencontre ou un entraînement du Club ou encore pour remplir son rôle de secrétaire, Jacques apprécie ce cadre qu'il connaît depuis toujours. Entretien avec une personnalité Luzenacienne qui, comme Henri Lacaze (voir entretien du mois de mars) a largement contribué à l'ascension du Club.

 

Bonjour Jacques ! Racontez-nous un souvenir de vos débuts au club de football de Luzenac.

La musique d'avant-match avec "le petit cordonnier" qui revenait souvent; les tranches de citron à la mi-temps; les crampons en cuir que l'on clouait avant le match dans les vestiaires et qui traversaient parfois la semelle; les déplacements avec les camionnettes Citroën des Talcs dans lesquelles étaient installés des bancs instables recouverts de couvertures; l'ambiance d'après-match dans les cafés du village (chez Soubiran, Juliette et Espy.) C'était un autre monde...

Quel est donc votre parcours au club?

Spectateur dès mon plus jeune âge (sur le capot de la fourgonnette de Marceline) puis joueur de 1962 à 2001: cadet, junior, équipes 1 en D.H. (à 17 ans), 2 et 3; pendant 35 ans j'ai joué, au gré de ma forme et du choix des entraîneurs, dans les 3 équipes séniors (dernier match en équipe une en 1987 à Varilhes contre Cugnaux dont le tout jeune gardien était Jean Deneys, équipe réserve au Fossat en 1995 et équipe 3 en 2001 à Luzenac contre Foix.) En 1976, j'ai "lancé" l'école de football puis l'équipe 3 en 1980. J'ai essayé jusqu'à cette saison de me rendre utile hors du terrain en acceptant (par amour du Club et de Luzenac) de remplir quelques "taches" obscures m'attirant parfois les foudres de certains et (ce que je retiendrai) la reconnaissance des autres.

Quel est votre plus beau souvenir?

En 67 ans, il y en a eu tellement qu'il est difficile de faire un choix mais puisqu'il le faut bien, j'en retiendrai un personnel et un autre pour le club (gâchés tous les deux d'ailleurs). Pour moi, le but victorieux contre l'Espérance (devenue les Fontaines), synonyme de titre de Division d'Honneur en 1971 et de montée en Division 3 (on le croyait alors); pour le club: la victoire contre Boulogne qui assurait (on le croyait alors...) l'accession en Ligue2. Mais le plus beau de tous, j'espère qu'il est à venir...même si le plus grand plaisir est celui que l'on prend sur le terrain.

Avril 1963 - Jacques remporte le Concours du Jeune Footballeur à Pamiers. 

 

Racontez-nous un match qui vous a particulièrement marqué...

Comme pour la question précédente, j'en citerai deux:
le premier se disputait contre Orange en Division 3 en janvier 1981: après une longue série de défaites, Luzenac (renforcé par l'arrivée de Patrick Feuillerat à la trève hivernale) menait 4 à 1 lorsqu'une tempête de neige, s'abattit sur Paul Fédou, recouvrant en quelques instants toutes les lignes mais l'arbitre impassible au milieu des flocons laissa se dérouler la rencontre jusqu'à son terme.
Sentimentalement, c'est le match de D.H. en Avril 1972 contre Lacaune (victoire 2 à 0); ce jour là, il y avait sept luzenaciens dans le groupe (Deusedas, Rodrigues, Authier, Loubet, Conesa, Lacaze et moi-même) ainsi que deux ariégeois (Tresseras et Cottave) et trois "toulousains" (Dedieu, Sardou et Turco qui devint  ariègeois par la suite.) Je précise que je n'ai rien contre les joueurs venus de l'extérieur car, sans eux, le Club n'aurait pas connu toutes ses heures de gloire mais j'ai toujours apprécié la présence des autochtones, récompense pour ceux qui s'occupent des équipes de jeunes.
 
Maintenant, quel joueur qui porte ou a porté les couleurs de Luzenac vous a marqué?
 
Il est impossible de comparer des joueurs de générations différentes, j'en citerai donc plusieurs: Antoine BLASCO, Henri LACAZE et Pierre LAPORTE qui avaient la chance d'avoir un bon pour voyeur de ballons (rire...) puis Gilles CLARACO, David GOMES, Cédric FAURE, Cédric LUBASA,  Sébastien MIGNOTTE, Franck AKAZA, Ludovic GREGORI, Raphaël CACERES, Thomas GUERBERT et d'autres (qu'ils ne m'en veuillent pas de ne pas les avoir cités...).

Quels mots, quelles phrases choisiriez-vous pour définir le Club?

Passion, humilité, ténacité, respect, rigueur (quand il y en a moins, cela se ressent...); Malgré ce que l'on dit, on ne peut pas déplacer les montagnes mais avec la foi, on les a faites vibrer souvent. Et aussi: "on ne dépense pas l'argent que l'on n'a pas...".

Et enfin, racontez-nous une anecdote !

Match de Division d'Honneur à Luzenac dans les années 60: le gardien local, Henri Janon, se retrouve à terre à moitié "groggy" après avoir plongé sur un ballon "chaud".L'arbitre demande au capitaine Yves Dedieur de lui faire dégager le ballon en touche; mauvaise interprétation, Yves prend le ballon avec les mains et l'envoie hors des limites du terrain.A la stupéfaction générale, prétextant qu'il n'avait pas sifflé pour arrêter le jeu, l'homme en noir siffle pénalty pour l'équipe adverse pour main de Dedieu! 

 
2019 © Site propulsé par iWiT Systems